Digitalisation, poudre aux yeux ou réalité


Depuis plusieurs années le terme « digital » ou ses déclinaisons : digitalisation, digitaliser, le numérique etc… sont dans la bouche de tous. Ce terme « digital » sonne comme un phénomène de mode et il est mis à toutes les sauces, surtout dans les entreprises ou cette expression est souvent galvaudée et pourtant c’est un enjeu de taille. Au bout du compte, on s’y perd.

Qu’est-ce que la digitalisation de manière générale ?

Aujourd’hui, nombreuses sont les entreprises qui mettent en œuvre des plans plus ou moins ambitieux et complets dans leurs stratégies moyen/long terme. Malheureusement rare sont celles qui savent de quoi elles parlent. Si l’objectif principal est clair : numériser l’offre et toute la chaîne de création de valeur, des questions comme « quoi faire concrètement ? » et « comment s’y prendre ? » sont plus difficiles à appréhender pour des entreprises souvent très absorbées par leurs clients. Le concept de digitalisation des entreprises, d’abord synonyme de numérisation des données au début des années 2000, a bénéficié des évolutions liées aux récentes mutations technologiques. Aujourd’hui, il repose sur des bases plus globalisantes que l’on peut résumer ainsi : il s’agit davantage d’une mise à niveau des entreprises en vue de l’utilisation systématique des technologies numériques, des méthodes et des usages du web, en interne mais aussi (et surtout) en externe.
La digitalisation est une opération de transformation totale de l’entreprise : il ne suffit plus de réaliser quelques « coups » ou de « customiser » une offre à la sauce digitale mais bien de réinventer intégralement son modèle et toute la chaîne interne de fonctionnement : stratégie, organisation managériale, environnement collaboratif etc…

Que faire concrètement ?

Dans cette optique, la digitalisation de votre entreprise doit apporter des améliorations sur tous les plans et plus particulièrement :
- Dans l’organisation du travail : en utilisant les méthodes de travail et les outils digitaux pour améliorer l’efficience de l’entreprise en termes de productivité et de performance commerciale.
- Sur le plan marketing : en développant des solutions intelligentes permettant d’acquérir une meilleure connaissance de vos clients et de vos utilisateurs, tout en simplifiant les échanges en interne. Tout cela dans le but de valoriser votre offre avec des actions digitales spécifiques à chaque cas de figure.
- Sur le plan humain : en fluidifiant l’organisation interne de l’entreprise, à travers le management et le mode de gouvernance, en misant sur la flexibilité, l’agilité, le travail collaboratif, tout en valorisant le partage des informations. Les recrutements de vos futurs collaborateurs passent également par le digital (réseaux sociaux) en privilégiant la proactivité (être là où se trouvent les candidats).

Voici comment résumer une mise en pratique un peu plus globale, ça y est vous y êtes presque…. Car sachez que déjà en orientant la digitalisation de cette manière vous faites déjà parti des rares qui ont compris le caractère indispensable de la « digitalisation » mais surtout qui l’ont appréhendée d’une manière plus globale. 

Et pourtant il vous manque le principal !

Les plus acharnés du détail et de la précision diront, qu’en effet après avoir défini un peu plus et pris de la hauteur sur le sujet cela reste malgré tous des concepts, car il manque la partie la plus importante et la plus dure à capter et mettre en œuvre qui est l’Humain. Cette ressource qu’aucune machine ne peut égaler sur la partie du savoir-faire, du ressenti, de l’expérience, de la compétence et surtout du « RELATIONNEL ». Vous pourrez mettre les meilleurs outils du monde, le meilleur plan de transformation digitale, des centaines d’heures de formation, une stratégie commerciale ambitieuse avec le plus performant des outils de CRM, vous n’obtiendrez pas de résultat positifs et cohérents sans l’adhésion de l’ensemble des utilisateurs.
Il faut voir cela comme une complémentarité, l’outil et l’homme qui se tirent mutuellement vers le haut, l’un en ayant un outil performant qui optimise et facilite les processus et l’outil se servant des compétences de l’autres pour les transcender. Car malheureusement les managers et dirigeants ont souvent pensés à tort que les outils allaient transformer le fond de leurs business et même peut être remplacer les ressources humaines alors, que cela change la manière de faire et non le fond, mais beaucoup font marche arrière aujourd’hui car ils commencent à comprendre la nuance.

Comment faut-il faire véritablement alors ?

Il faut avoir une vision juste, cohérente et logique dans les processus et la communication avec vos équipes. L'informatique a pris une place immense dans notre quotidien surtout au travail mais il faut replacer l’informatique à sa fonction première, c’est un outil certes « extraordinaire » mais quand il ne prend pas le pas sur le reste. La technique oui ! mais quand elle est au service du buisines et de l’humain. L'informatique est un outil « formidable » peut-être mais quand il reste à sa place ! L’outil n’est pas une fin en soi mais un moyen, un support grâce auquel j’optimise le résultat de mon travail et qui facilite mon quotidien.
Pour ce faire il faut une méthode avec une technique adaptée à cette méthode, pour que l’ensemble fonctionne de manière cohérente. Ensuite il faut gagner du temps et de l’efficacité en impliquant dès la conception toutes les parties prenantes et principalement les « utilisateurs finaux ,afin qu’ils puissent adhérer complètement au projet et donc de fait à l’application.