L’informatique : hier, aujourd’hui et demain


Quand peut-on dire qu’un projet informatique est réussi ?

Quelques chiffres (Source : The Chaos Report 2015 - Standish Group) :
  • 52,7% des projets sont contestés après leur livraison, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas fidèles à ce qui avait été prévus au départ soit du fait de dépassement des délais et/ou du budget et/ou avec des fonctionnalités manquantes.
  • 31,1% des projets sont annulés durant leur phase de développement toutes raisons confondues.
  • Et seulement 16,2% des projets sont réalisés avec succès dans les temps, le budget et avec l’ensemble des fonctionnalités disponibles.

Ces chiffres montrent clairement qu’aujourd’hui il existe un problème de fond dans la méthodologie et l’ensemble des processus de développement d’une application informatique, notamment sur :
  • La définition du besoin (cahier des charges) et la compréhension de celui-ci : Faites un test simple demandez à deux personnes différentes de dessiner chacune de leur côté un moyen de transport, vous pouvez être certains que le résultat sera différent, l’une dessinera un vélo et l’autre un avion. Pourquoi ? Ceci est lié à la différence de perception des individus, qui découle du vécu, du référentiel et d’une somme de plusieurs facteurs qui explique que la perceptions d’une même chose entre plusieurs individus n’est pas la même. Alors que dire de la perception d’une application web dont le cahier des charges est écrit d’un côté et de l’autre  un autre groupe de personne qui réceptionne celui-ci pour réalisé l’application, vous pouvez être sûr que le résultat ne sera pas fidèle aux attentes.
  • L’identification et l’intégration des parties prenantes dans le projet : Le fait de ne pas inclure l’ensemble des parties prenantes et particulièrement les utilisateurs finaux. Pourtant ce sont eux qui font qu’un projet aboutira ou non. En effet si les équipes et les collaborateurs qui utiliseront cette application n’y adhèrent pas, alors c’est peine perdue pour réussir l’intégration de celle-ci. Nous sommes naturellement réfractaires au changement mais que dire, si  ce changement est associé à un outil, c’est-à-dire qu’ils devront à la fois changer leur manière de travailler mais aussi d’outil. Vous pouvez être certain qu’ils verront cet outil comme un ennemi à abattre et comme la cause de tous leurs maux.
  • Le processus de développement lui-même : Tant dans son processus actuel, c’est-à-dire le moyen d’arriver au résultat escompté car il est fait par des ingénieurs informatique qui n’ont souvent aucune connaissance métier de l’application qu’ils réalisent, que par leur mode de fonctionnement qui découle d’une vision dépassée et binaire de l’informatique, c’est la technique qui impose et définit l’outil et non la vision métier et les contraintes spécifiques des utilisateurs.

L’informatique d’aujourd’hui est déjà celle d’hier

Les façons de faire de l’informatique aujourd’hui ne sont plus adaptées aux besoins des entreprises et à leur mode de fonctionnement. Elles ont besoin d’être agiles, de pouvoir faire évoluer rapidement et simplement leurs outils et de pouvoir s’adapter aux changements. Pourquoi ces méthodes n’évoluent pas et bien pourquoi changer ? plusieurs raisons à cela :
  • Il n’est pas forcément aisé et naturel de remettre en question une méthode qui a fonctionné longtemps
  • Pourquoi changer alors que cela ne fonctionne pas trop mal comme ça ?
  • Pourquoi se remettre en question et prendre des risques ?
  • Pourquoi se poser la question tout court alors que rien ne les y oblige ?
Nous avions traité plus en détail des problèmes de processus de réalisation des projets informatique et de cette impression « de prise en otage » dans nos articles précédents, le fait d’être confronté à la toute-puissance de la technique qui impose sa vision et sa méthode de fonctionnement et nous sommes tous d’accord il est temps que cela change. L’informatique est un outil et il doit être au service de l’humain et non l’inverse.

Les entreprises qui souhaitent mettre en place une solution informatique sont limitées à faire un choix entre :
  • Un logiciel packagé : une solution « préfabriquée » et peu modifiable, c’est à l’entreprise de s’adapter au produit
  • Un développement sur mesure : long, coûteux et compliqué à supporter dans le temps

L’informatique de demain ou quelle alternative choisir ?

1. Un processus global et cohérent qui englobe une solution technique innovante au service d’une méthodologie efficace

  • Plateforme de développement innovante dite « Low-code » permettant d’assembler des briques existantes afin de fabriquer une application en un temps record et de façon simple.
  • Une méthodologie efficace dite agile qui permet d’apporter une souplesse et de gagner du temps dans le processus de développement de l’application, chaque fonctionnalité est réalisée pour être présentée, testée et validée.

2. La co-construction 

  • Qui permet d’inclure l’ensemble des parties prenante et de gagner en efficacité sur le résultat de l’application, étant co-construite avec l’ensemble des acteurs et particulièrement les utilisateurs finaux, ceci permet d’avoir un résultat au plus proche des besoins finaux.

Pour conclure

Pour conclure, nous pouvons dire que nous connaissons en ce moment la fin d’une ère informatique traditionnelle, basée sur le contrôle de la technique au profit d’une autre qui est basée sur l’agilité et redonne le pouvoir aux entreprises sur leurs outils informatiques.