Peur de passer le pas de l’informatique, crainte fondée ou mythe


La transformation numérique est un enjeu stratégique pour les entreprises. Alors que les grands groupes mettent en place cette transformation pourquoi tant de PME tardent à passer le cap ? Quelles sont les raisons de cet attentisme sur la digitalisation de leur entreprise alors que de nombreuses opportunités pourraient s’offrir à eux ?

L’objectif de la transformation numérique

Dans le contexte économique actuel, la digitalisation est devenue un enjeu crucial pour le développement et la pérennité des entreprises mais aussi une source d’opportunité importante.

La transformation numérique a pour objectif d’amener des améliorations au sein de l’entreprise mais aussi au niveau de son écosystème :

  • informatiser l’ensemble des tâches chronophages, optimiser les différents processus métier, la dématérialisation des documents sont autant d’améliorations permettant de réaliser des gains non négligeables en terme de qualité et de productivité.
  • s’ouvrir vers l’extérieur. La banalisation d’internet et des réseaux sociaux ainsi que la multiplication des « market place » sont autant de facteurs permettant aux petites et moyennes entreprises de prendre un essor international en accédant à un potentiel de clients, qui leur auraient été difficile d’atteindre auparavant, sauf investissement très important.

Au regard de l’ensemble des gains possibles liés à la transformation numérique, pourquoi celle-ci n’est toujours pas appliquée au sein de l’ensemble des entreprises ?

Les freins de sa mise en place ?

Chaque dirigeant possède ses propres freins à la numérisation de son entreprise : « pourquoi changer de méthode de travail alors que l’entreprise fonctionne très bien ? », « l’informatisation, c’est bien mais pour les grands groupes », « l’informatique c’est compliqué et on n’a personne pour s’en occuper », « quels seront mes gains suite à cet investissement important ? », …

Mettre en place une transformation numérique au sein de son organisation entraîne :

  • la remise en cause des habitudes de travail, l’ensemble des activités de l’entreprise sont à redéfinir ; de nouvelles pratiques sont à mettre en place bien que, jusque-là, les anciennes étaient perçues comme efficaces.
  • la création ou augmentation des équipes responsables de la digitalisation car celle-ci représente une activité à part entière au sein de l’entreprise.
  • comprendre que le digital correspond à une stratégie à long terme, rechercher un retour sur investissement rapide peut freiner cette transformation.

Prendre la décision d’investir dans la transformation numérique, c’est avant tout accepter de changer, accepter de repenser son mode de fonctionnement et redéfinir l’identité que l’on souhaite véhiculer auprès de ses clients. La peur de changer, de mal faire, de ne pas comprendre ou d’être dépassé par la technique sont autant de craintes qui peuvent être à l’origine de cet attentisme face à la numérisation des petites et moyennes entreprises.

Comment passer le pas ?

Tout d’abord, il faut prendre conscience que la digitalisation d’une entreprise doit être abordée, avant tout, comme un problème comportemental et non comme une modification technique du quotidien de l’entreprise. L’informatique dans son ensemble n’est qu’un outil et doit être utilisé comme tel au service d’une vision.

La réussite de la transformation numérique passe par différentes étapes clés :

  • une équipe dirigeante sensibilisée et persuadée de la nécessité d’effectuer cette transformation. Aucun changement profond, au sein d’une organisation, ne peut être réussi sans l’adhésion de la direction et sans la mise en place d’une stratégie d’entreprise cohérente avec celui-ci.
  • une restructuration de son organisation afin de donner les moyens nécessaires aux équipes en charge de la digitalisation de mener à bien cette mission.
  • une adhésion de l’ensemble des collaborateurs, afin de mener à bien cette transformation, il est nécessaire de faire adhérer et impliquer l’ensemble des collaborateurs à chaque étape de ce processus. Chacun possède un niveau de maturité spécifique concernant le digital, un accompagnement spécifique doit être mis en place afin de faciliter cette transition.
  • une remise en question constante. Quelle histoire souhaite-t-on raconter ? Quels sont nos clients ? Comment souhaitons-nous être perçus ? Le numérique nécessite de se redéfinir en mettant le client/les collaborateurs au sein de cette réflexion. Pensez qu’il suffit de multiplier la présence sur les réseaux sociaux ou mettre en place l’ensemble des logiciels à la mode afin de réussir sa transformation est un non-sens. Les outils informatiques ne doivent pas être un objectif mais un moyen dans la réalisation d’une vision.
  • une évolution plutôt qu’une révolution. Une révolution correspond à une modification brutale entre deux systèmes. Une évolution est une modification continue et c’est ce qu’est le digital. Le digital n’est pas une science figée ou une méthode à mettre en place et à appliquer, elle est constamment en mouvement. Les technologies évoluent, les supports de diffusion de l’information évoluent aussi. Il est nécessaire d’être constamment à l’écoute des nouveautés en faisant attention de faire la différence entre la tendance « éphémère » et l’évolution stratégique.

Mais surtout

Il faut garder en tête qu’aucune action n’est irréversible et accepter d’être accompagné durant les différentes étapes de sa transformation. La place de l’humain est un vecteur essentiel de la réussite d’une transformation d’entreprise, faire adhérer et impliquer chaque collaborateur dans les différentes étapes permet d’augmenter ses chances de réussite.